Qui sommes-nous ?


AUA HELP NOMA est une fondation bissau-guinéenne & association française créée en 2015 suite à la rencontre entre la fondatrice et une petite fille atteinte de noma, une maladie qui ravage le visage et touche principalement les enfants malnutris et prématurés en bas âge.

Notre Fondation & Association a pour but de venir en aide aux patients souffrants de cette maladie en Afrique, afin de leur apporter une assistance sanitaire, des soins, une aide sociale, un accompagnement, une assistance éducative, une intégration dans la société et une aide pour lutter contre la malnutrition.

L’origine exacte du noma est inconnue. Peu de recherches sont menées sur la maladie et on ignore encore comment celle-ci débute. Dans la plupart des cas, les personnes atteintes ne sont pas examinées par un médecin ou le sont très tardivement, lorsque les lésions sont déjà importantes. Il s’agit vraisemblablement d’une infection causée par plusieurs micro-organismes. En tout état de cause, le manque d’hygiène et la malnutrition sont les facteurs principaux responsables de cette maladie qui touche de nombreux pays pauvres d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud dans lesquels elle est devenue un problème de santé publique.


Fondation basée en Guinée-Bissau



Malgré ses ressources, ce petit pays est un des plus pauvres et des moins avancés de la planète. Les possibilités de développement sont limitées en raison des violences passées, de l’instabilité politique et des infrastructures obsolètes. La population  subit malheureusement directement les conséquences de cette situation.


Indice de Concrétisation des Droits de l’Enfant : 4,43 / 10
Niveau noir : Situation très grave

Population : 1,66 millions
Pop. de 0 à 14 ans : 40 %

Espérance de vie : 49,5 ans
Mortalité des moins de 5 ans : 161 ‰

Principaux problèmes rencontrés par les enfants

La pauvreté et malnutrition

Deux personnes sur trois vivent dans l’extrême pauvreté en Guinée-Bissau. Environ 19% des enfants sont touchés par la malnutrition. Les obstacles économiques, sociaux et politiques du pays laissent la population et les enfants dans une situation difficile où la Convention des droits de l’enfant demeure théorique.

La santé

L’accès aux services de santé est limité en capacité, en qualité, ainsi que par son prix.

Les taux de mortalité infantile sont en hausse et aujourd’hui, près de 13,8 % des enfants meurent avant un an et 22,3 % avant l’âge de 5 ans. Ces décès sont notamment dues à la malnutrition, au taux de vaccination insuffisant et à diverses maladies telles que le paludisme, la tuberculose, la malaria, le choléra, etc.

En matière d’hygiène et d’assainissement, la situation est inquiétante puisque seulement 11,4% de la population est dotée d’installations sanitaires pour l’évacuation des excréments. L’accès à l’eau potable ne s’est pas amélioré depuis 2000, y compris dans les écoles.

C’est donc ici encore la pauvreté et le manque d’éducation sanitaire qui sont en cause.

Le VIH / SIDA

Le taux d’infection du VIH/SIDA augmente et influence la situation des droits de l’enfant qui ont rarement accès aux traitements, sont discriminés ou se retrouvent orphelins. Seulement 10% des enfants séropositifs ont accès au traitement par les antirétroviraux.

Presque 8% des femmes enceintes sont malades, et le taux de transmission est de 2,6%, ce qui laisse envisager une dégradation de la situation.

Le manque de connaissances sur la maladie, l’usage rare du préservatif, le manque d’accès au dépistage, la précocité des rapports sexuels et l’inexistence de centres de traitement du VIH/SIDA, sont autant d’éléments qui laissent l’avenir des enfants incertain.

Au-delà de la maladie,

AUA HELP NOMA a pour mission de lutter contre plusieurs maladies négligées et excluantes qui sévissent dans les pays pauvres. Parmi elles, l’albinisme, la filariose lymphatique (aussi connu sous le nom D’éléphantiasis à cause d’une augmentation de volume des membres atteints), la leishmaniose, responsable de lésions cutanées graves et l’Onchocercose ou cécité des rivières, deuxième cause de cécité dans le monde.

Le but de l’association est de faire l’état des lieux de la situation de ces maladies, donner un avis diagnostic aux personnes atteintes, mettre en place une structure de prise en charge, former le personnel médical et paramédical afin qu’ils puissent assurer de manière autonome le suivi et sensibiliser les populations à la problématique.

Aua help Noma a pour  but de aider tous les autres pays  non seulement en  Guinée-Bissau et dans  d’autres seceurs d’activités  pour aider améliorer les conditions de vie et des personnes malade.